Bilan

Environ :

700 km parcourus

6000 m de dénivelé

11 jours de pédalage

Zéro crevaison, casse ou autre

Beaucoup de plaisir, beaucoup de fatigue aussi, que des gens sympas, partout, un pays particulier, la pluie vous surprend toujours, parfois par son absence plusieurs jours d’affilés.

Préparation pour un road trip à vélo

Quand nous avons décidé, avec Emmanuel, de faire un road trip à vélo et en campant, nous n’y connaissions rien au vélo, nous étions relativement sportifs mais sans plus, et avec une petite expérience de camping.

On a donc du tout reprendre à zéro, nous n’avions aucun matériel.

Le plus important : les vélos, nous avons opté pour des VSF, modèle T-100 et T-100S pour moi (question de disponibilité).

Nous recherchions des vélos avec un bon rapport qualité prix, suffisamment solides pour ne nous poser aucun soucis. Pour l’instant (25 août) nous en sommes très satisfait, rien à redire, aucun problème mécanique, alors qu’ils sont maltraités avec des routes défoncées et des passages sur des chemins. Sur routes lisses ils sont très roulant. Nous les avons équipés de pneus Marathons de la marque Schwalbe : https://www.schwalbe.com/fr/tour-reader/marathon-plus.html , ils sont plus lourds mais a priori ne crèvent pas.

Il nous arrive de passer par des chemins de ce type :

Et les bas côtés des routes Irlande sont jonchés de détritus divers.

Nous les avons équipés de sacoches Ortlieb, parfaitement étanches en toute circonstance, pratiques et solides.

Et bien évidement, en bons débutants, nous sommes partis beaucoup trop chargés :

Avec un poids chargé de 55 kg chaque montée semble un mur, alors certes on y arrive, mais au prix de beaucoup d’efforts et de temps. Comme il est quasi impossible, à moins d’y consacrer beaucoup de temps, de camper en Irlande, nous avons renvoyé une bonne partie du matériel par la poste depuis Belfast.

A noter que pour les bidons d’eau je me suis équipé de bidon de la marque « Klean Kanteen », qui présentent le net avantage de ne laisser aucun goût à l’eau en plus de ne pas être en plastique : https://www.kleankanteen.com/

Mercredi 14 août : trains vers Cherbourg puis embarquement sur le Ferry

Lorsqu’il n’est pas possible de réserver un emplacement vélo, il peut parfois être délicat de monter dans le train avec, il faut que les emplacements soient libres. Nous avons à chaque fois été aidés et guidés par les contrôleurs et cela s’est très bien passé. Mais si vous prévoyez de voyager en groupe en vélo-train… prévoyez plusieurs trains… ça risque d’être compliqué.

Sur le ferry les vélos seront stockés dans un petit emplacement au même niveau que les voitures. Nous sanglons les vélos au mieux.

A noter que nous nous étions rabattus sur le bateau pour éviter l’avion et réduire notre empreinte écologique, mais après vérification il semblerait qu’un ferry soit pire au niveau quantité de CO2 par km et par passager. Sauf s’il transporte des marchandises. Difficile à vérifier.

Belle fumée…

Jeudi 15 août : Dublin -> Balbriggan

Arrivée à Dublin, parcours rapide en mode découverte du centre ville, puis on file au nord. Des pistes cyclable belles et sympathiques le long de la côte. Puis des routes de campagnes, nous cherchons un endroit où camper et on se rabat finalement, sur les conseils d’une autochtone sur la ville de Balbriggan à l’hôtel.

Distance parcourue : 45km.

Vendredi 16 août : Balbrigan -> Dundalk

Nous reprenons la route sur des petites routes de campagne, et nous visons la ville de Dundalk, toujours sans avoir réservé d’hôtel.

Nous déjeunons dans un restaurant gigantesque, posé au milieu de nulle part sur une pente interminable. Nous y commandons un plat de spaghettis bolognaise 🍝 dignes d’une mauvaise cantine.

Nous constatons la même impossibilité de camper. Nous avons aussi appelé plusieurs camping qui nous ont rit au nez : non seulement il n’y a pas ou peu d’emplacements pour tente mais de toute façon ils sont complets jusqu’en septembre.

Nous nous dirigeons vers le centre ville pour trouver un hôtel. Le premier que nous abordons est complet et nous aide à réserver deux chambres dans un hôtel typé « affaires » à la périphérie de la ville dans une grande tour moderne, ça manque de charme mais on y dort au sec.

Au passage nous demandons ce qu’il en est du camping sauvage : très peu possible et très mal vu de toute façon, sauf en montagne, les scouts en font. C’est là où nous irons demain.

Nous faison la connaissance, au restaurant, de plusieurs expatriés de toute l’Europe dont un français.

Distance parcourue : 63 km

Samedi 17 août : Dundalk -> bivouac en montagne

Un parcours avec des pentes à 13%

Encore des petites routes de campagnes mais qui commencent à monter.

Sur la fin du parcours des pentes à 13% , avec notre chargement d’environ 35 kg, nous avons finit par pousser sur quelques mètres pour soulager les muscles. Mais nous sommes arrivés aux réservoirs, à la rechercher d’une endroit où camper. C’est extrêmement venteux donc on file en contrebas.

On monte les tentes, on essaie de monter un Tarp par dessus une des tentes en prévision de la pluie, en vain à cause du vent, nous aurons un tarp pour les bagages et nos deux tentes.

Fatigués et frigorifiés, nous mangeons au plus vite tant qu’il fait jour, soumis à de grosses rafales de vents.

Nous nous couchons épuisés, dans la tente il fait très bon, le vent souffle très fort c’est impressionnant. Un sanglier nous a rendu visite pendant la nuit, sans s’intéresser à nous plus que ça.

Distance parcourue : 55km, dénivelé ascendant cumulé : 960m, altitude : 460m

Dimanche 18 août : Montagne -> Belfast

Miracle, pas de pluie au réveil contrairement aux prévisions, nos remballons les tentes et le matériel au plus vite, et prenons le petit déjeuner sous une pluie fine.

Nous décidons de commencer par faire une petite randonnée vers le sommet, sympathique, le long d’un mur de pierre, mais la vue sera bouchée par les nuages.

Nous redescendons au campement où nous avions laissé nos vélos. Nous les ramenons sur la route en suivant un petit ruisseau et nous redescendons la montagne, les pieds trempés par le passage dans le ruisseau et une petite randonnée déjà dans les pattes.

Nous nous arrêtons en pleine campagne au bord de la route pour déjeuner, et alors que nous avions presque terminé, une violente pluie nous surprend. Nous faisons enfin connaissance avec le temps irlandais. On remballe vite et repartons vers Belfast.

Plus nous approchons de Belfast plus le temps se lève, et les 25 derniers kilomètres se font au soleil sur une piste cyclable le long d’une rivière , piste qui nous amènera jusqu’au centre de Belfast : très agréable. Nous arrivons à notre hôtel.

Petit hôtel dans le centre qui nous autorise à monter les vélos dans les chambres, qui seront du coup des chambres pour personnes à) mobilité réduite, on en profitera pour laver les vélos sous la douche. Ce nettoyage se révèlera par la suite totalement inutile.

Le soir nous dinons dans un restaurant méditerranéen, tenu par une équipe de français, nous le recommandons, c’est le 44 hill street : http://www.44hillstreet.com/

Distance : 64km

Mardi 20 août : Bellfast -> Ballymoney

Nous repartons de Belfast vers le Nord Ouest. Des pistes cyclables le long de voies rapides puis des routes de campagnes.

Nous arrivons à Ballymoney ville de Joe Dunlop, célèbre pilote de course.

Nous dormons au Manor Hotel, prix défiant toute concurrence, accueil des plus « typiques », et comme dans tout le reste de l’irlande, les gens sont très sympas.

Distance parcourue : 88km , vitesse moyenne de 19,4 km/h, une pointe de vitesse à 59,54 km/h

Dénivelé ascendant : 669m

Mercredi 21 août – Ballymoney -> Giants Causeway -> Londonderry

Nous faisons le plein de fruits frais au super marché local et repartons en direction du nord vers la « Giants Causeway » ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Chauss%C3%A9e_des_G%C3%A9ants )

Première partie de Parcours sympathique avec une piste cyclables longeant une voie ferrée touristique au milieu d’un golf :

Comment la couleur du ciel le laisse supposer nous allons être confrontés à la pluie.

Après avoir slalomé entre les bus et les voitures qui tentent de se garer autour de ce point de vue littéralement pris d’assaut par les touristes, nous garons nos vélos et partons decouvrir les pas des géants sous une pluie battante et un vent glacial.

Nous repartons après avoir décidé de manger au chaud, sous une pluie toujours battante, avec un vent de face violent, qui nous suivra tout du long, y compris pendant une montée interminable qui laissera des traces… Nous vivons enfin le climat irlandais, conforme aux pires légendes.

Distance parcourue : 88 km + une marche de 5km

Dénivelé ascendant cumulé : 600m

Nous prévoyons de ne faire « que » 60 km le lendemain.

Jeudi 22 août 2019 – Londonderry -> Omagh

Une journée monotone de pédalage sous la pluie, incessante sauf pour la pause déjeuner sur un parking de route nationale. Un peu moins de vent que la veille, les haies bordant les petites routes sont de bonnes protections. Une fois de plus, pour éviter les voies rapides nous empruntons de petites départementales qui serpentent entre les champs et les fermes, avec beaucoup de dénivelé. Nous voulions une étape reposante mais nous avons fait 63,55 km en 4h27, vitesse moyenne 14,24 km/h, dénivelé cumulé ascendant de 757m.

Vendredi 23 août : Omagh -> Enniskillen

Très difficile journée, routes qui nous semblent très monotones malgré le beau temps, jambes très lourdes, nous ne faisons que 44km qui nous en paraissent le double. On ne fait que monter et descendre sur de petites départementales. Heureusement Google map nous fait éviter les voies rapides.

Toute l’irlande ressemble à ça:

Distance parcourue : 44km

Dénivelé ascendant : 607 m (cela peut expliquer notre sensation de fatigue…)

Vitesse moyenne de 14,5 km/h

Samedi 24 août : Enniskillen -> Cavan

Journée très difficile pour moi, avec des douleurs musculaires dans la cuisse droite. Heureusement, l’étape que nous avons prévue est plutôt courte et avec peu de dénivelé. Je reste derrière Emmanuel qui nous tire. On a sûrement trop forcé sur les étapes précédentes.

Le paysage varie un peu, nous sommes dans une région de lacs et tourbières :

Toujours des petites surprises « typiques » :

Nous faisons le plein de fruits et pain chez LIDL.

L’hôtel nous a laissé garer nos vélos dans une partie inutilisée :

Distance parcourue : 52 km

Dénivelé montant : 324 m

Durée de pédalage : 3h30, vitesse moyenne : 14,78 km/h

En fait nous avions garé nos vélos dans une ancienne discothèque / dance floor abandonné :

Dimanche 25 août : Cavan-> Kells

Notre meilleur spot déjeuner depuis le début du voyage

Toujours une douleur à la cuisse droite, moins prononcée, mais on ne prend pas de risque, on y va très calmement.

Distance parcourue : 51,55km

Dénivelé ascendant : 613 m

Vitesse moyenne : 14,23 km/h

Lundi 26 août : Kells -> Dublin

Dernière et un peu longue étape, physiquement nous avons atteint nos limites. Pour ma part mal aux cuisses et impossible de pousser fort, pourtant tout semble facile, on n’est jamais essoufflé, c’est un peu frustrant, mais nous avons décidé d’arrêter de forcer, nos jambes ont besoin de repos, nous pédalons depuis 8 jours sans arrêt, au minimum 50 ou 55 km par jour. On ne fera pas les montagnes au sud de Dublin mais cela fait 5 jours au moins que nous avons des courbatures dans les jambes.

Distance parcourue : 75km

Dénivelé ascendant : 434m

Vitesse moyenne : 15,5 km/h